Mes 10 kiffes estivaux

   5  X  2  =  1 0   

Vendredi, 19 juin 2015


J'en conviens qu'il m'arrive quelque foissouvent, trop fréquemment, de me plaindre. Je vous en avais déjà touché quelques lignes dans un malheureux mais surtout maudit post d'un certain vendredi 13 l'an dernier ; il y a ce genre de jours pour lesquels des adjectifs tels que "exécrable" ou "détestable" ne sont que de pâles euphémismes, pour décrire l'enfer de votre journée. Bref, si je l'avoue (faute avouée, à moitié...) dans ce genre de cas, j'ai la jérémiade facile, il y a également des moments où je chante la vie, je danse la vie, je ne suis qu'amour

Et ce genre de moment, c'est maintenant. Bon okay, pas maintenant MAINTENANT aka vendredi soir, 19 juin 2015 à 23 heures 28. Mais maintenant, le 170ème jour de l'année. Pas parce que c'est les soldes chez COS - et pourtant, le simple fait d'ouvrir leur Newsletter m'annonçant cette égayante, réjouissante, supercalifragilisdiexpialidocious nouvelle me déclenche une crise d'hyperventilation  - mais parce que... C'est l'été ! 

NB : Que le looser, qui en lisant le paragraphe ci-dessus, s'est exclamé: "Non, l'été commence officiellement le 21 juin" retourne lire son éphéméride et se le mette dans un endroit de son anatomie que je ne nommerais pas mais que vous savez - j'en suis persuadée - parfaitement situer. A partir de juin, ce qui est officiel : 30 degrés + soleil = été !  Et puisqu'il s'est écoulé trois millénaires depuis l'été dernier, on a bien le droit de le faire venir un peu plus tôt, hein !


Bien que, paradoxalement, l'envie de marcher à pieds nus sur une route pavée de Lego me prenne à chaque fois que mes mirettes effleurent le torchon de papier colorié de qui me sert d'agenda et me rappelle que "non je devrais pas être en train de siroter un Soya Latte Glacé sur cette terrasse mais plutôt me mettre à déchiffrer la signification du mot Handelsspanne", je ne peux m'empêcher d'avoir envie de danser la Macarena à peine les rayons de notre capricieux astre solaire caressent mon blême épiderme. Mais pourquoi tant d'amour ?




Le grand retour à l'air libre de nos jambes, après une interminable traversée du désert


Après six neuf mois passés sous d'épaisses couches de jeans, velours côtelés ou collants, à l'abris des regards pervers, les jambes retrouvent leur place sous le feu des projecteurs. Jupes, robes et shorts sont prêts à ré-enflammer le catwalk urbain. Bon, qui dit striptease des gambettes, dit... Okay, okay j'ai promis d'arrêter de me plaindre, par conséquent je ne mentionnerais pas que défricher mes deux membres inférieurs me réjouit autant que de retirer à la pince à épiler les arêtes d'un saumon écossais. Mais voilà, c'est dit !



Les BBQ


Bon okay, j'ai pas de grill, ni de terrasse, encore moins de jardin et je suis végétarienne. Mais avouez, c'est sacrément le kiffe quand même (Le secret réside dans l'art de se faire inviter ;)). On grille, on chill et on se remplit la panse. Sérieusement, vous avez une meilleure suggestion ? 


Les soirées qui prennent des airs d'éternité


Puisque les soirées d'été (BBQ ou pas, ca vaut aussi pour les piètres tentatives d'apéros dinatoires qui terminent en pizzas surgelées, finalement, ce qui compte, c'est la compagnie) sont faites pour durer. Juste parce que c'est trop bon de refaire le monde avec ses potes. Les cigarettes s'entassent dans le cendrier, les verres se vident et se remplissent au rythme d'une bouteille dont le bouchon ne se laisse que trop facilement retirer, les langues se délient, les conversations empruntent des sentiers très très incongrus (et vous espérez secrètement que la CIA ne vous a pas mis sur écoute ce soir, car vous risqueriez sérieusement de passer le reste de votre vie dans un asile psychiatrique) et puis arrive le moment où l'on décide de sacrifier LA dernière (vous savez, l'édition collector d'Absolut qui trône dans votre bar improvisé*, celle que vous avez fièrement ramenée lors votre dernière visite à l'aéroport et soigneusement conservée depuis pour une occasion spéciale**) en espérant faire durer la magie jusqu'à la dernière goutte.




La spontanéité

En tant qu'étudiante, j'ai encore la chance et le privilège de pouvoir faire rimer été avec congé. Si on a pas tous la chance de s'offrir un tour du monde en montgolfière, au moins le torchon de papier colorié aka l'agenda ne nous jette pas de regards plein de reproches lorsqu'on troque notre après-midi de Droit en Marketing contre une séance de bronzage au parc. L'été, c'est se pointer sur une terrasse au moindre rayon de soleil, au moindre SMS d'invitation, à la moindre sensation de soif, et ceci en toute spontanéité et surtout en toute légitimité.




Le Outdoor Brushing sans effets secondaires (comme la grippe par exemple !)

Quelque soit la saison qu'affiche la calendrier (si tant est que le concept de saison soit encore justifié) je n'ai pas le temps / l'envie / la motivation / le savoir-faire pour me sécher les cheveux. Mon mode de vie d'étudiante en devenir, overhelmed par ses activités scolaires mais surtout par la vie en générale et, un cheveu paresseuse en ce qui concerne la mise en pli de ma masse capillaire, me pousse donc à prôner le Outdoor Brushing. Ceci par tous les temps. Mais au moins en été, la probabilité que l'instance maternelle réprimande mon inconscience*** est  plutôt réduite.



L'invasion des fruits dans les super marchés


Au même titre que les jupes, les shorts et autre attirail vestimentaire dont la longueur (ou la courteur, si le mot existait!) enchante les klaxons et les siffleurs, les fruits désertent les étalages des supermarchés une fois que l'été a cédé sa place à l'automne. Mes papilles, en overdose de pommes et de poires (#mostboringfruitsever) après un hiver passé à consumer des produits "locaux", s'affolent à la vue des premières fraises, myrtilles, pêches, ... Vous l'avez devinée, et Bourvil aussi !





#Freethecrapmusic 
#Sorrynotsorry


On a le droit d'écouter les hits de l'été sans honteusement fermer les fenêtres de sa voiture lorsqu'on traverse une zone trop fréquentée. On sait tous pertinemment que ces tubes - heureusement - ne passeront pas le cap du mois de Septembre. Et de par leur caractère éphémère, c'est sans mauvaise conscience qu'on se permet d'écouter cette daube, qui en plein mois de décembre aurait fait saigner nos oreilles. Oui, Colonel Reyel, Michel Telo, Robin Thick, c'est de vous dont je parle.



Stormy Weather

Oui, je viens de vous faire un topo sur comment le beau temps propulse tous mes chakras dans une dimension qui dépasse l'entendement du commun des mortels, le Nirvana, bla bla bla, mais, rien ne vaut un tonitruant orage en fin de journée, une semi-tempête qui vous oblige à déguerpir de votre linge de bain et vous force à courir en maillot (avec bien moins de grâce que Pamela et Carmen, à ma plus grande déception) pour vous mettre à l'abri. Le goudron des routes chauffé par un soleil de plomb durant toute la journée, combiné aux premières gouttes de pluie qui s'y écrasent, les premiers éclairs déchirant un ciel couleur encre et les premiers coups de tonnerre qui résonnent. Priceless.



Lick the magic stick


Il est redevenu socialement acceptable de dévorer une glace (en s'en foutant plus sur les doigts puisque oui, il faut chaud, ça fond, mais quoi on a trop de trucs à s'dire!) sans se faire mitrailler - occulairement parlant - par tous les soldats (#Kaylasarmy) en Bikini Body Mission. 



No shame, go green


Paradoxalement au point précédent, il redevenu socialement acceptable de commander une salade comme plat principal sans passer pour l'orthorexique qui suit minutieusement le Bikini Body Guide de notre chère Kayla. 





La résurrection du Jésus en chaussettes après la période d'hibernation


Spécimen bien répandu en milieu urbain, le Jésus en chaussettes se caractérise par le port d'une paire de sandales de type dit "gladiateur" ayant une forte ressemblance avec celle que portait Jésus de Nazareth à l'époque (#trendsetter)  - sandales qui en soit ne susciteraient pas l'intervention de la Fashion Police mais... - qui sont accompagnées de chaussettes généralement d'une épaisseur non négligeable. En raison du changement de température peu accommodant pour son espèce, le Jésus en chaussettes abandonne les trottoirs pendant les mois les plus rafraîchis de l'année et refait son apparition une fois le beau temps revenu. Pour vous, et rien que pour vous, je suis allée sur le terrain et ai réussi à voler un cliché du Jésus en chaussettes dans son état naturel. De rien. Tout le plaisir fut pour moi. 




DISCLAIMER

Le jour où cet article a été rédigé, mon thermomètre flirtait outrageusement avec les 35 degrés. Je crois toutefois que Monsieur Météo (d'ailleurs je suis persuadée qu'il s'agit d'une Madame Météo dont les menstruations auraient un sévère impact sur son humeur provoquant ainsi les fluctuations météorologiques, à mon plus grand dam) n'a guère apprécié l'arrogance de ces quelques lignes et a, de ce fait, décider de me punir en avortant un été à peine entamé. Merci pour cette douloureuse et glaciale (12° degrés Celsius) piqûre de rappel : l'été ne commence pas avant le 20 juin. L'été ne commence pas, tout court. L'été ne commence plus.Je crois qu'Intenso le résume mieux que moi. Bref, m'étant fourvoyée, aujourd'hui, le loser, c'est moi. Mon éphéméride et moi-même allons par conséquent revisiter la partie de mon anatomie dont je vous parlais tout à l'heure.



Et vous alors, l'été, vous l'aimez comment ?



Bien à vous,













* Comprenez ici, un placard de votre cuisine qui recrute les semi-cadavres de bouteilles de vos cinq derniers anniversaires, à moitié plein / vide, selon votre soif.
** Comme cinq potes qui vous promettent de ne balancer le gossip du siècle qu'à la prochaine goutte d'alcool
***  Je cite : "Tu vas attraper le mort si tu sors comme ça" en faisant référence à mes cheveux fraîchement L'Oréalisé (Parce que je le vaux bien !) dégoulinant dans mon dos, comme une bienveillante invitation à la grippe à s'insérer dans mon organisme. 



4 commentaires:

  1. Sous les cocotiers à la place avec des chichis et une bonne noix de coco bien verte avec que des salades césar et du poulet et des tongs et des shorts et des lunettes de soleil *____* la liste est très longue hahaha VIVE LA SALADE !
    www.leblogdecharlice.com

    RépondreSupprimer
  2. J'adore toujours autant te lire!
    Tu vois moi qui n'aime pas l'été et bien cet article me rappelle combien il y a effectivement de belles choses à faire durant cette saison :)

    Bonne journée à toi Iva ♡

    RépondreSupprimer
  3. Les sandales + chaussettes POURQUOI les gens aiment faire cela! pourquoi ??? hahaha
    Super ton article. J'ai beaucoup aimé .
    Cool post! :-)
    Latest lifestyle post on the blog: ' BLACK STAGE by Axe Belgium '
    Greets Jon

    RépondreSupprimer
  4. Tout pareil pour les kiffs ! mdr
    Les apéros, les fruits, le jour qui se couche tard ... l'été c'est la vie !! mdr
    DEs bisousss

    RépondreSupprimer