Paresseuse oisiveté dominicale

  J E   D I S   C A  ∗  J E   D I S   R I E N   

Dimanche, 24 novembre 2013



Me revoilà afin de vous narrer mes aventures automnales et surtout banales. Aujourd'hui est un jour qui ne diffère guère des autres. Et pour cause, j'ai beau avoir sombré 9 à 10 heures dans les profondeurs abyssales du sommeil, il n'y a rien a faire : je suis proie au démon le plus redouté des gens actifs, la paresse. En effet, même toute la bonne volonté du monde ne parviendrait pas à métamorphoser en être plus dynamique qu'une larve. Prisonnière d'une oisiveté démesurée, je me mets en quête d'une activité convenant à mon statut d'indolente. Malgré l'engourdissement de mes cellules nerveuses, encore bercées par les bras de Morphée, mon cerveau parvient - certes avec nonchalance - à me dissuader d'allumer le poste télé afin de ne pas tomber encore plus bas dans ma propre estime face aux idioties diffusées sur la plupart des chaînes. Je fais alors un effort titanesque en listant les différentes options qui s'offrent à moi. 1) Rester terré sous la couette chaude, à l’abri de la lumière aveuglante de midi  2) Prendre mon courage à deux mains, me lever, prendre une douche et déjeuner  3) Saisir mon fidèle Smartphone, surfer des heures sur Facebook (devenu le Temple de l'ennui en cette période de vacances) à lire les statuts passionnants de mes "amis" qui ont visiblement une vie trépidante. Je constate rapidement, une fois l'énumération terminée, que les alternatives 2) et 3) sont simplement inenvisageables. Ma jauge d'énergie diminue à la seule pensée des quelques mètres à effectuer jusqu'à mon bureau pour prendre possession de mon iPhone. Quant à l'option 2), même toutes les mains du continent outre-Atlantique ne suffirait pas à réunir le peu de courage qu'il me reste. C'est ainsi que j'opte pour le premier choix. Et c'est avec délice, que je me glisse à nouveau dans mes draps, reposant délicatement ma tête sur l'oreiller en me félicitant de ma décision. Bonne nuit !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire