All I want for Christmas is FOOD

    B O R N  ∗  T O  ∗  E A T     

Mercredi 25 décembre 2013


A en voir les photos d'orgies culinaires qui ont débarqué en profusion sur Instagram comme sur ma page d'actualité Facebook, j'en déduis que je ne suis pas la seule pour qui les fêtes de fin d'année riment avec coma alimentaire. J'ai une réputation d'ogre, on clame souvent que mon ventre n'a pas de fond, que je mange avec les yeux et pourtant je vous jure que là, je sature. Des chocolats dans chaque coin de la maison, de savoureux biscuits homemade remplissant des dizaines de sachets, de copieux menus prévus pour le 24, le 25 et tous les jours qui suivent et ce jusqu'au 31 puisque forcément, il y a des restes, enfin bref des montagnes de bonnes choses qui promettent une passage nauséeux en 2014.

Jusqu'à ce jour, c'étaient nos très chers géniteurs qui s'étaient collés à la préparation des festivités (Cuisine et tout le topo) mais cette année, mon Cousin (L) a eu la bonne idée - et ceci pour le plus grand plaisir de mon frère - de proposer que ce soit les enfants (mes deux cousins, mon frère et moi-même) qui enfilent la toque. Du coup, on a divisé le menu en 4 (Apéro, entrée, plat principal et dessert) et chacun s'est vu attribuer l'un deux. Devinez qui a hérité du dessert ??? 


Apéro

Toasts de Saumon & Toasts de Tapenade 


Toasts au foie gras


Tomates farcies à la feta, canapés de fromage frais et toasts de hummus


Entrée

Velouté de courge avec son pain à l'ail
(tellement bon, que j'en ai oublié de prendre une photo ;) )

Plat principal

Filet de boeuf Voronoff accompagné de son gratin de pommes-de-terre et de son festival de légumes


Dessert

Café Gourmand composé d'une mousse au chocolat à l'orange avec ses truffes, d'une bûche de Noël pommes-cannelle-chocolat, d'une tartelette aux framboises et d'un soufflé au citron.

Comme vous vous en doutez peut-être, mon chakra a atteint le 19ème ciel lorsque, suite à un tumultueux débat, j'ai finalement réussi à décrocher la préparation du dessert. Mais je vous avoue que j'ai vite déchanté. On avait décidé tous ensemble qu'il s'agirait d'un Café gourmand, soit un café accompagné de différentes mignardises - Merci Wiki ! - mais j'avais le feu vert quant à ce qui accompagnerait ledit café... Trop d'heures passées sur Pinterest, trop de photos qui rendaient ma bouche aussi humide qu'un hammam, trop de recettes que je rêvais de tester... Et puis le temps à disposition ainsi que la difficulté de certains desserts ont permis un tri assez... conséquent. Mes goûts ont fait le reste. Vous constaterez que le mariage des quatre desserts n'est pas des plus harmonieux mais je dirais que c'est à mon image, soit à l'image de quelqu'un qui mange du fromage avec de la confiture ahahaha ! 

J'ai été un peu déçue de ma bûche. Ca m'a pris beaucoup de temps le résultat était... bon mais rien de supercalifragilisdiexpialidocious. En plus, bien que j'eus employé du chocolat au lait, le goût du chocolat annihilait celui de la cannelle - Tssssss - . Et ne parlons pas de la mousse au chocolat parce que là... Elle était parfaite. Parfaite. Parfaite comme un tableau de Boticelli, comme un rond fait au compas, comme les Big-Macs dans les publicités - Tu sais, rien à voir avec celui que t'as ensuite dans ton carton ! - et puis après les six heures de repos dans le frigo, j'ai eu le malheur de vouloir les mettre dans des verrines. Sauf que toute la texture a été niquée par cette tentative, par conséquent, ca ressemblait plus à une ganache qu'à une mousse. Désespoir. Et pour couronner le tout, j'en avais pas assez, d'où les truffes que vous voyez sur la photo... Histoire de remplir un peu les verres ;-)

Par contre agréable surprise en ce qui concerne le soufflé au citron. Lorsque j'ai versé l'appareil dans les verrines, j'étais plus que sceptique. C'était liquide. Mais genre VRAIMENT liquide. A l'aspect, ca n'avait pas plus de chance de monter à la cuisson qu'un verre d'eau avec de la levure. Et au final, ils ont quand même gonflé ! Hourrrrrrra ! Quant à la tartelette aux framboises, un délicieux sans-faute  !

          

Quelques biscuits supplémentaires pour les Gourmands !

En plus du dessert, j'ai également hérité de la Déco de la table. Enfin on a fait avec les moyens du bord. On a fêté dimanche 22, les magasins étaient fermés... Oh Misère, après mon passage, le sapin du salon n'avait plus de branches !




Je ne sais pas ce qui m'a pris, cette année j'étais dans un DIY mood et j'ai fait des cartes et des étiquettes moi-même. Esprit Pinterest, sors de ce corps !


Enfin tout ce blabla pour vous souhaiter un

JOYEUX NOËL

Paresseuse oisiveté dominicale

  J E   D I S   C A  ∗  J E   D I S   R I E N   

Dimanche, 24 novembre 2013



Me revoilà afin de vous narrer mes aventures automnales et surtout banales. Aujourd'hui est un jour qui ne diffère guère des autres. Et pour cause, j'ai beau avoir sombré 9 à 10 heures dans les profondeurs abyssales du sommeil, il n'y a rien a faire : je suis proie au démon le plus redouté des gens actifs, la paresse. En effet, même toute la bonne volonté du monde ne parviendrait pas à métamorphoser en être plus dynamique qu'une larve. Prisonnière d'une oisiveté démesurée, je me mets en quête d'une activité convenant à mon statut d'indolente. Malgré l'engourdissement de mes cellules nerveuses, encore bercées par les bras de Morphée, mon cerveau parvient - certes avec nonchalance - à me dissuader d'allumer le poste télé afin de ne pas tomber encore plus bas dans ma propre estime face aux idioties diffusées sur la plupart des chaînes. Je fais alors un effort titanesque en listant les différentes options qui s'offrent à moi. 1) Rester terré sous la couette chaude, à l’abri de la lumière aveuglante de midi  2) Prendre mon courage à deux mains, me lever, prendre une douche et déjeuner  3) Saisir mon fidèle Smartphone, surfer des heures sur Facebook (devenu le Temple de l'ennui en cette période de vacances) à lire les statuts passionnants de mes "amis" qui ont visiblement une vie trépidante. Je constate rapidement, une fois l'énumération terminée, que les alternatives 2) et 3) sont simplement inenvisageables. Ma jauge d'énergie diminue à la seule pensée des quelques mètres à effectuer jusqu'à mon bureau pour prendre possession de mon iPhone. Quant à l'option 2), même toutes les mains du continent outre-Atlantique ne suffirait pas à réunir le peu de courage qu'il me reste. C'est ainsi que j'opte pour le premier choix. Et c'est avec délice, que je me glisse à nouveau dans mes draps, reposant délicatement ma tête sur l'oreiller en me félicitant de ma décision. Bonne nuit !

Blurred Lines.

  G E T  ∗ U P  ∗  D R E S S  ∗ U P  

Samedi, 16 novembre 2013

















 1. Sneakers - Pull & Bear
2. Pull - BDG
3. Chapeau - H&M Divided
4. Pantalon -  H&M
5. Sac - ???
6. Montre - Casio
7. Veste en cuir - Maroc


Plus que trente-huit jour avant Noël. Bon weekend les gars !
Si tu veux passer un bon weekend, clique là




Les 10 chansons de ma bibliothèque Itunes dont je devrais avoir honte

   5  X  2  =  1 0   

Samedi, 9 novembre 2013

Dix bonnes raisons pour lesquelles je devrais catégoriquement refuser de prêter mon iPhone lorsqu'un joyeux luron demande qui a "du bon son à balancer", dix excellentes raisons pour lesquelles jamais personne ne m'a désignée DJ-Youtube lors de soirée entre potes, dix raisons explicites pour lesquelles je ne dois pas avoir plus de 3 followers sur Spotify. Aujourd'hui, je confesse, j'admets, j'avoue : j'écoute de la daube. ET ALORS ? 



#10 De zéro en héros - Hercule

J'ai choisi Hercule mais ça aurait pu être le Roi Lion, Pocahantas, les Aristochats, Mulan, Tarzan, Aladin,... Enfin vous l'aurez compris, les Walt Disney et moi, c'est une longue histoire d'amour qui a commencé il y a bien longtemps et qui se poursuit aujourd'hui encore en chansons et en chorégraphies. Et il paraît que "ce qui représente le plus gros potentiel d'amusement pour un groupe de meuf c'est : chanter la chanson de Disney". Merci Hugo. Que celle qui ose prétendre le contraire se manifeste dès maintenant ou se taise à jamais.





#9 Les Rois du Monde - Roméo & Juliette

En huitième position, Les Rois du monde, le second single de la comédie musicale Roméo et Juliette, de la haine à l'amour après AimerBienvenue en l'an 2000 aka l'ère de la comédie musicale (Merci Kamel Ouali !). Au programme du clip, une Tour Eiffel alors que l'histoire se déroule à Vérone et des acrobaties de OUF quand même ! Nous, on fait l'amour, on fait la vie, en voilà des gens qui ont tout compris. Et allez, qu'on se le dise, Damien Sargue est trop sex(y) dans son marcel noir ;-) Ou pas. 




#8 Ma Star - Le Colonel Reyel

Ne vous y méprenez pas, le plus effrayant concernant cette chanson, ce n'est pas qu'elle se trouve dans ma bibliothèque Itunes ni qu'elle figurait jadis dans les titres les plus écoutés. Non. Le plus affolant, c'est qu'aujourd'hui encore, malgré moi, je sais encore les paroles par coeur. J'aurais bien aimé que ça soit une blague. Mais non. Vous avez raison. Ca mérite une minute de silence. 




#7 Aline - Christophe

La question demeure Pourquoi ? et elle reste malheureusement sans réponse. Le premier succès on aurait bien voulu que ça soit le dernier - de Daniel Bevilacqua enfin Christophe quoi (Dédoublement de la personnalité vous dites ?), à l'époque jeune éphèbe à la crinière dorée, avec lequel Radio Nostalgie  (Les chansons de nos légendes !) ne se lasse pas de faire saigner nos oreilles, s'est vendu à des millions d'exemplaires dont un a visiblement traversé les siècles pour arriver jusque dans mes playlistes ringardes.




#6 Est-ce que tu viens pour les vacances - David & Johnathan

Je ne sais pas si mon adulation pour cette chanson découle de mon amour pour le Club Med (le clip ayant été tourné au club d'Hammamet #Truestory) ou si c'est la mièvrerie sans précédent des paroles qui a su parler à la Bridget Jones qui sommeille en moi. J'étais un goéland / En exil de sentiments. Avouez que c'est du lourd quand même.




#5 Everybody - Backstreet Boys

Pas la peine de me faire croire que je suis là seule à avoir chorégraphié ce morceau en long, en large mais surtout en travers, je sais que vous aussi, vous avez Rocké votre body sur ce tube sorti en 1997 et qu'aujourd'hui encore lorsque vous devinez les premières notes du morceau aux soirées spéciales 90's, vous vous faites pipi dessus et hurler d'hystérie en cherchant votre meilleure amie du regard. On évoquera pas la chambre tapissée de poster, promis (Merci Fan2 et StarClub !). 




#4 J'attends l'amour - Jenifer

Faites comme si vous n'aviez rien lu. S'il vous plaît.


#3 Le générique de Pokémon
Alors voilà hein. Sans commentaire. J'ai grandi avec Sacha, Ondine et Pierre (Est-ce que je suis la seule à mettre demander comment ce type voyait avec les deux traits qui lui servent de yeux ?) au même titre que mes parents se sont fait dépuceler sur Night Fever ("La musique d'aujourd'hui ce n'est plus ce que c'était" oui, certes Maman.) Je tiens par ailleurs à souligner la profondeur des paroles, un véritable appel à la détermination dans la poursuite des rêves. C'est beau. 





#2 Avant de partir - Eve Angeli

 A l'époque, je me souviens que je portais une affection tout particulière à cette "chanteuse" parce qu'à une lettre près, on portait le même prénom, du coup c'était comme si un truc fort nous liait, vous voyez ? Et puis, les années se sont écoulées, elle est devenue blonde, je suis devenue blonde aussi, mais surtout j'ai acquis ce qu'on appelle la capacité de discernement, qui m'a fait comprendre que... Non enfaite. Pas du tout même.



#1 Hey Oh - Tragédie

Ce n'est qu'aujourd'hui que je remarque à quel point ce groupe porte bien son nom. Si la tragédie grecque met en scène la mort d’un ou de plusieurs personnages, ici c'est bien la crédibilité du R'n'B français qu'ils mettent à mort. Et pourtant, rien que pour me rappeler les samedis matins devant le Hit Machine, les heures de gloire d'Alizée, le rendez-vous annuel avec Anthony Kavanagh, je les aime bien ce Silky Shaï et ce Tizy Bone <3







Bon, je me suis assez affichée, à vous de jouer ! Quelles sont les plus grosses daubes de votre bibliothèque ?



It's close to midnight

  J E   D I S   C A  ∗  J E   D I S   R I E N   

Vendredi, 1er novembre 2013


Halloween c'est un peu pour les impatients qui peuvent pas attendre Carnaval  pour se  sôuler se déguiser. Mais qu'on se le dise hein, fêter Halloween en Europe c'est un peu comme manger des Cookies avec du beurre de cacahuète, c'est un truc de plus qu'on a pas pu s'empêcher de voler aux Ricains. Ou le prétexte idéal pour organiser des soirées entre potos pour manger des petites saucisses au ketchup supposées représentés des doigts coupés (Suis-je vraiment toujours en train de parler de nourriture ?) et bien entendue l'occasion idéale pour ouvrir la malle du grenier le dernier tiroir de l'armoire qui renferme vos trésors de déguisements des vieux draps tout pourris. Bref. Si vous en avez marre de vous déguisez en Casper, que comme moi vous êtes toujours à la bourre question costume parce que vous attendez qu'une intervention divine vous souffle LE déguisement qui en plus d'être inédit, ne vous coûtera pas un centime (Ahaha vous y avez cru hein !), si vous aussi vous possédez dans vos basiques l'indispensable blazer noir et la classique chemise blanche, et dans vos extras un noeud papillon rouge et un rouge à lèvre rouge, et bien... On va faire un jeu. 





Sur ce, je vous souhaite un joyeux weekend post-halloween sur une indémodable et intemporelle note musicale.

Vide-Dressing, la seconde vie des habits

   F A S H I O N  ∗ V I B E S   

Lundi, 21 octobre 2013


Lorsqu'un beau jour, en voulant pendre un N-ième blazer dans mon armoire, dont la capacité maximale était déjà largement dépassée, la barre s'est décrochée, répandant ainsi un torrent de vêtements sur le sol et transformant mes précieux en vulgaire tas de chiffons, je me suis dit qu'il était grand temps de faire un tri. Entre les habits trop grands - que j'espérais secrètement voir rétrécir au lavage -, ceux trop serrés - que j'espérais secrètement pouvoir porter le jour où j'aurais arrêté de manger n'importe quoi -, les achats compulsifs ("lol, est-ce que j'ai sérieusement envisagé un jour de porter... ça ?"), autant vous dire que les sacs s'entassaient au même rythme que l'armoire se vidait. Bon et ensuite alors ? Bien trop sentimentale pour les jeter, je me suis dit que peut-être ils pourraient faire une heureuse propriétaire et retrouver alors une seconde vie :'). Je me suis donc inscrite au quatrième Vide-Dressing du charmant duo Vide-DressingFringu'all qui a eu lieu samedi passé au Quai, à Fribourg.

Bien que le concept ne soit plus à présenter, je me serais dans tous les cas abstenue de vous faire un dessin étant donné la transparence de l'expression. Et en plus, je serais bien incapable de vous dessiner une brocante à habits. Enfin, moi qui me plaignais que rien ne se passait dans cette ville que je n'habite plus, j'ai été ravie de participer à cet événement et étonnamment trouvé excitant de me retrouver de l'autre côté de la caisse. Mise en place du stand, marchandage, papotage, grignotage de Cookies, arnaquage, re-papotage, ces quatre heures d'intense commerce sont passées aussi vite qu'une lettre à la poste.

Un bref aperçu de cet après-midi riche en funitude, rencontres, découvertes, enfin enrichissant et ceci en tous points de vue ;-)



Muffin happens

    B O R N  ∗  T O  ∗   E A T    

Vendredi, 18 octobre 2013

Mon amour pour la nourriture n'est, je crois, plus à présenter. Certains articles précédemment publiés ici,  et là-bas au fond témoignent du gouffre sans fond qu'est mon estomac. Et pourtant, si j'installe volontiers mes pieds sous la table pour savourer ce qu'on me met dans l'assiette, j'ai appris qu'on était jamais mieux servi que par soi-même, voilà pourquoi, un beau jour, j'ai décidé d'enfiler moi aussi le tablier. La semaine passée, après des heures passées à errer sur Pinterest, j'ai découvert The Fit Foodie, un puits de recettes classées "healthy" pour un régal sans limites et guilt-free. Je partage donc aujourd'hui avec vous ma tentative de son savoureux Healthy Breakfast Muffins.



Pour ce faire, il vous faut :

2 pommes
2 tasses d'avoine bio
1 tasse de farine complète
1/4 de tasse d'amandes moulues
1/2 tasse de raisins secs
2 cuillères à café de poudre à lever
1 tasse de yogurt nature
4 oeufs
1/4 de tasse d'huile de Coco
2 cuillères à soupe de miel ou d'agave
1 cuillère à café d'extrait naturel de vanille
2 cuillères à café de cannelle


J'ai personnellement fait l'impasse sur les raisins secs, remplacé l'huile de Coco par de l'huile de tournesol et choisi le miel au lieu de l'agave, le tout pour des raisons de goûts.

Le mode d'emploi :


1. Préchauffer le four à 180°C.

2. Beurrer votre moule histoire que ça ne colle pas trop.

3. Dans un récipient, mélanger l'avoine, les amandes moulues, le yogurt, les raisins secs, l'huile, l'extrait de vanille, la poudre à lever, le miel, les oeufs, la cannelle (bref, presque tout sauf les pommes et la farine) et laisser reposer 15 minutes afin que l'avoine trempe un peu dans la mixture.


   


4. Peler vos deux pommes.


5. Couper l'une d'entre elles en morceaux et râper la pomme restante.

6. Garder quelques morceaux de pommes pour la déco.


7. Incorporer la farine et vos pommes à la mixture jusqu'à obtenir une masse homogène.



8. Répartir votre pâte à muffins dans le moule beurré.




9. Enfourner le tout et attendez 15 minutes.

10. Une fois les 15 minutes écoulées, retirer les muffins du four et décorer-les d'une tranche de pommes.


11. Remettre les muffins dans le four pour une durée de 20 minutes, jusqu'à ce que le dessus soit doré.

12. Après la cuisson, laisser les muffins refroidir.

13. Glacer les muffins à l'aide d'un pinceau à cuisine d'un léger filet de miel.

14. Savourer votre chef d'oeuvre sans modération. 



Personnellement, j'ai beaucoup aimé cette version "healthy" du muffin, une alternative pour les gourmands qui veulent se goinfrer sans avoir mauvaise conscience. Je dois avouer toutefois qu'en tant que bec-à-sucre, je n'ai pu m'empêcher de rajouter un peu de confiture lors de la dégustation ;-)